banniere32

Téo Courant de la Mini News #32 : « Consommateur de père en fils ! »*

Dans le magazine Influencia de Avril/Juin, Julien Intastaglia (Professeur et Docteur à HEG Arc Neuchâtel) explique que nous ne naissons pas consommateurs, nous le devenons.

Nous savons tous que nous sommes influencés par le milieu social dans lequel nous évoluons, mais qu’en est-il de son impact dans notre rapport aux marques et dans notre identité de consommateur ?

Curieux, Monsieur Téo s’est intéressé à l’influence de l’environnement familial sur la consommation.

Après quelques investigations, Monsieur Téo a constaté que la culture de marque était en partie un résultat de notre éducation. Effectivement, nous adoptons les habitudes de consommation très souvent similaires à celles de nos parents.

L’attachement aux marques se transmet comme un héritage culturel. Un héritage qui transforme même certaines marques en madeleine de Proust.

Si une marque veut faire totalement partie de la vie d’un consommateur, elle a donc tout intérêt à « faire partie de la famille ».

L’adhésion à la marque devient alors un réflexe instinctif et inconscient lié à l’affect et construit autour de rites familiaux.

Pour preuve, en Suède la publicité avait été interdite dans les années 90 pour voir si elles ne nuisait pas au libre arbitre de chacun. Le résultat ? Les enfants ont quand même développé une préférence de marque par le simple fait d’être au contact de celle-ci, chez eux.

La familiarité a donc créé de la notoriété au point de les citer dans leur top 3 lorsqu’ils ont dû en choisir une plus tard.

En bref, la consommation se transmet de génération en génération.

Encore un truc que l’on va pouvoir reprocher à ses parents 😉